HABET PRAETERITI DOLORIS SECURA RECORDATIO DELECTATIONEM
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'histoire des 47 Ronins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shadow348

avatar

Nombre de messages : 6
Localisation : Nogent sur Oise
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: L'histoire des 47 Ronins   Ven 27 Jan à 19:45

L’histoire des 47 Rônins s’inscrit au sein de la culture japonaise comme l’un des contes les plus éloquents en matière de code d’honneur. Ce récit populaire, basé sur des faits réels, est l’illustration saisissante d’une coutume morale et radicale, celle du seppuku (ou Hara-kiri).

L’époque Edo, qui dure de 1603 à 1868, est régie par une dynastie de 15 shôguns issus de la famille TOKUGAWA. Le code d’honneur des samouraïs (ou "Bushido"; littéralement, la "voie du soldat ") édicte des règles précises, parmi lesquelles le mépris de la mort ou le contrôle de soi. C’est également l’époque où le seppuku, forme de suicide rituel, est plus que jamais ancré dans les mœurs. C’est dans ce contexte particulier que va se dérouler la fameuse et sanglante histoire des 47 rônins.

En 1680, TOKUGAWA Tsunayoshi devient le cinquième shôgun de sa dynastie. Son autorité dépasse celle de l’empereur (à l’époque, HIGASHIYAMA). Son quartier général se situe à Edo (aujourd’hui Tokyo). L’empereur, quant à lui, siège à Kyoto (alors capitale du Japon). Il entre en relation avec TOKUGAWA par l’intermédiaire d’ambassadeurs qu’il envoie spécialement à Edo. Ces émissaires sont eux-mêmes des hommes important. Ils sont en charge de transmettre les vœux de l’empereur au Shôgun. C’est pourquoi une réception spéciale est organisée pour les accueillir comme il se doit. Les préparatifs sont confiés à un jeune seigneur, Asano Takuminokami Naganori (1667-1701). Ce dernier, faisant part de son inexpérience, est finalement orienté vers le maître de cérémonie du Shôgun, Kira Kozukenosuke Yoshinaka. Ce dernier, en échange de son aide, exige une offrande des mains d’Asano. Car telle est la coutume; et les services du vieillard, un homme caractériel et véreux, ne sont pas gratuits. Mais Asano, ignorant cet usage et élevé selon la doctrine confucéenne, refuse d’accomplir ce geste qu’il assimile, à raison, à une forme de corruption. Kira refuse alors de lui apporter son soutien.
Vient le jour de la rencontre avec les ambassadeurs. Asano, ignorant tout du protocole, demande en désespoir de cause conseil auprès de Kira. Le vieux maître de cérémonie ne daigne pas l’aider. Pire, il l’humilie publiquement, le traitant comme un irresponsable. Le jeune seigneur commet alors une première erreur: il dégaine son sabre. Le vieillard appelle à l’aide et reçoit un coup qui le blesse jusqu’au sang. L’accident est évidemment vite rapporté à TOKUGAWA. Asano vient de commettre le double impair de retirer son arme et d’en faire usage au sein du palais du Shôgun. La sentence est rapidement prononcée. Pour la gravité de ses actes, Asano doit se faire seppuku. Les terres qu’il possède sont saisies par les autorités. Pour les soldats qu’il commandait, deux solution se présentent: suivre leur maître dans la mort, c'est-à-dire pratiquer le junshi, ou rester en vie et subir les railleries du peuple, leur reprochant leur manque de courage. Parmi les 300 vassaux d’Asano, 47 choisissent cette dernière solution: ils seront désormais des rônins, c'est-à-dire des samouraïs sans maître et sans ressources, mais animés par la ferme et secrète intention de venger leur maître. Ainsi, pendant près de deux ans, les guerriers font mine de mener une existence normale, endurant les insultes et les railleries. Pourtant, durant ces longs mois, les rônins mettent secrètement au point l’attaque qui leur permettra de prendre leur revanche sur Kira - ce que l'on appelle le gishi, le devoir de vengeance. Une nuit, le 14 décembre 1702, alors que tout le monde les a oubliés, ils surgissent devant la maison du vieil homme. Ils passent à l’attaque et se livrent à un véritable massacre, exécutant sans retenue les employés et les soldats qu’ils rencontrent. Ils mettent finalement la main sur Kira, caché sous une pile de linge. Ils lui accordent le droit à une mort digne, en se faisant seppuku. Il vient à peine d'exprimer son refus lorsque le chef des rônins lui tranche la tête. Un sort réservé aux hommes de petite envergure. Les 46 rônins ayant survécu à l’assaut se rendent ensuite sur la tombe de leur maître et y déposent la tête de Kira; puis ils se constituent prisonniers auprès des autorités. Leur geste est bientôt salué par la population et par le Shôgun lui-même. Le Conseil qui les juge doit réfléchir à une punition adéquate, car ils doivent à la fois se prononcer sur un acte de bravoure et sur un crime qu’il ne faut pas laisser impuni, ne serait-ce que pour donner l’exemple. Le jugement est rendu le 1er février 1703: en tant que samouraïs, ils doivent subir une mort digne, à l’image de leur conduite. Ils reçoivent ainsi l’ordre de se faire seppuku. Ils acceptent le châtiment et se donnent la mort le 4 février. La cérémonie se déroule dans la dignité. Préparés depuis l’enfance à accomplir ce geste, les rônins sont bientôt célébrés par le peuple qui leur offre une sépulture spéciale. Seul le plus jeune d’entre eux, âgé de 15 ans, est épargné. Il honorera la mémoire de ses camarades jusqu’à sa mort, à 81 ans.

Aujourd’hui encore, la mort des 47 rônins est commémorée tous les 14 décembre. A Tokyo se déroule une parade qui mène jusqu’au temple Sengakuji, où sont enterrés les samouraïs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeHomard
Admin
avatar

Nombre de messages : 244
Localisation : Mazamet, tarn (81)
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: Re: L'histoire des 47 Ronins   Sam 28 Jan à 17:24

c'est très interréssant, notament que je ne connais absolument rien à la culture asiatique !
Mais dit moi quelle est la différence entre se faire "seppuku" et "hara-kiri" ?

P-s: si tu a d'autres information sur la culture Japonaise, n'hésite pas à les mettre sur le Forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historia.forumculture.net
Shadow348

avatar

Nombre de messages : 6
Localisation : Nogent sur Oise
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: L'histoire des 47 Ronins   Sam 28 Jan à 20:12

Hara-kiri est le terme chinois (plus connu en occident) et Seppuku le terme japonais. Si tu parles avec un Japonais, parle-lui de seppuku.

Pour l'histoire, ce suicide est d'origine chinoise et était employé par les femmes pour prouver, en s'ouvrant le ventre, qu'elles n'étaient pas enceintes et donc que leur vertu était intacte.

La légende veut que Minamoto no Tametomo soit le premier à avoir commis le Seppuku au Japon en 1156 après avoir tenté un coup d'état.

En 1716, le livre "Hagakure" va donner un sens encore plus dramatique au Seppuku en en faisant l'une des seules voies de réalisation pour le samouraï qui sera résumé par la phrase célèbre : " La voie du samouraï, c'est la mort."

Il existe quatre grandes raisons de faire seppuku pour les samouraïs :

-La défaite au combat : Le cas le plus connu. A la fin d'une bataille, plutôt que d'être capturé, le samouraï préfère se donner la mort lui-même. Ainsi il peut à la fois prouver son courage, et réparer l'échec de sa défaite. Il évite également, avec la torture, de livrer des secrets militaires de son clan.

- Les remontrances Sad Kanshi ) Souvent pratiqué par les vassaux du Shogun qui accompagnait leurs critiques au gouvernement par leur propre suicide. Cette tradition venait de Chine, où un poste spécial, le censeur impérial, permettait d'adresser ses plaintes à l'Empereur. Nobunaga Oda reçut un jour une lettre de reproches d'un des ses vassaux qui en commettant le Seppuku attira son attention sur la situation catastrophique du Japon.

- La sanction pénale ( Tsumebara ) : Instituée par les Shogun Tokugawa, elle permettait d'éviter la prison ou l'exil aux samouraïs. Privilège accordé à la classe des hauts fonctionnaires militaires, elle épargnait la honte au samouraï et à tout son clan.

- L'accompagnement dans la mort ( Junshi ) : Directement inspiré de la Chine, où cette pratique était répandue, elle était la seule raison qui ne faisait pas suite à un échec. Lors de la mort de son seigneur, les samouraïs prouvaient leur fidélité et leur attachement en suivant leur maître dans la mort. Cette pratique destructrice causa des pertes irréparables, ces Seppuku collectifs pouvant rassembler jusqu'à 500 guerriers, laissant leur clan exsangue et sans défense. Le Shogun Tokugawa promulgua un édit, en mai 1663, pour mettre fin à cette pratique qui conduisait à une dépense inadmissible de vies humaines.

Voilà, si tu as d'autres questions je me ferai un plaisir de t'apporter mon aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeHomard
Admin
avatar

Nombre de messages : 244
Localisation : Mazamet, tarn (81)
Date d'inscription : 13/11/2005

MessageSujet: Re: L'histoire des 47 Ronins   Sam 28 Jan à 21:07

Il est intéressant de voir l'évolution de l'aspect de suicide si je comprend bien le suicide pour les samourai (et pour les romains d'ailleurs du moins av l'apparition du Christianisme) est un honneur ou du moins l'ultime recour pour éviter la Honte Suprème....

A oui tant que j'y suis (je profite de ton Savoir) les Samourais sont des sorte de Seigneur du Moyen Age ou une garde raprocher de l'Empereur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historia.forumculture.net
Shadow348

avatar

Nombre de messages : 6
Localisation : Nogent sur Oise
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: L'histoire des 47 Ronins   Dim 29 Jan à 19:44

A l'ère Edo, les seigneurs (Daimyos) servaient soit le shôgun soit l'empreur au sein d'un clan.
Les samourais servaient ses daimyos en échange d'une pension. Ils deviennent des "fonctionnaires" aux services d'un daimyos à vie.
Ils étaient alors au sein d'une aristocratie japonnaise avec le devoir de gérer les intêrets de leur seigneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FiL Razorback
Tite Live
avatar

Nombre de messages : 436
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 17/11/2005

MessageSujet: Re: L'histoire des 47 Ronins   Lun 30 Jan à 23:59

Le shogun est bien un responsable de'état dans l'état ? Un gros propriétaire en "opposition" a toute forme d'autorité gouvernementale, juste des accords c'est bien cela Shadow?

FiL RaZoRbAcK

_________________
"Nous vivons sur la même planète Mieur Messier, mais pas dans le même monde" B. Cantat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/Lasecondeguerremondiale
Shadow348

avatar

Nombre de messages : 6
Localisation : Nogent sur Oise
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: L'histoire des 47 Ronins   Lun 27 Fév à 13:19

Le shogun était à l'origine le titre donné au général en chef des armées.
En 1185 il évolua lors de la prise du pouvoir de Minamoto no Yoritomo.
Il évolua alors et au lieu d'un simple contrôle militaire il se transforma en un contrôle totale.
Au cours des siècles suivant, les différents empereurs et shoguns luttèrent pour le contrôle du pays. La famille des shoguns Tokugawa fut celle qui garda le pouvoir le plus longtemps: 270 ans avec 15 shoguns succéssif.

J'espère que je répond à ta question FiL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunbrouck
PrOfeSsEuR
avatar

Nombre de messages : 109
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: L'histoire des 47 Ronins   Lun 27 Fév à 14:03

Un bel exemple de putsh militaire réussis donc.

_________________
Regardez le monde tel qu'il est et non comme on vous le montre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FiL Razorback
Tite Live
avatar

Nombre de messages : 436
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 17/11/2005

MessageSujet: Re: L'histoire des 47 Ronins   Mar 28 Fév à 3:17

Merci Shadow pour ces précisions (z'avez vu? Balèse non?)

FiL RaZoRbAcK

_________________
"Nous vivons sur la même planète Mieur Messier, mais pas dans le même monde" B. Cantat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/Lasecondeguerremondiale
Kanar
Pline Le Jeune
avatar

Nombre de messages : 317
Localisation : Pécrot (Brabant Wallon, Belgique)
Date d'inscription : 04/12/2005

MessageSujet: Re: L'histoire des 47 Ronins   Mar 28 Fév à 10:40

ah ca balèze de chez balèze, y a rien à dire sauf : Chapeau bas cheers

_________________
"La diplomatie sans les armes, c'est la musique sans les instruments." (Otto von Bismarck)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire des 47 Ronins   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire des 47 Ronins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis
» histoire de paysan normand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Historia :: La Période Contemporaine (1789 à 1913) :: l'émergence asiatique-
Sauter vers: